Oubliez le foot, pariez sur le hockey !

Au revoir Zlatan Ibrahimovic, Lionel Messi et Manuel Neuer : bienvenue Alexsandr Ovetchkine, Sidney Crosby et Carey Price ! 

Les noms de ces stars de la NHL ne vous diront peut-être pas grand chose, mais les amateurs de paris sportifs feraient bien de s’y intéresser de plus près. Votre compte Betclic est dans le rouge ? Nous vous conseillons de vous pencher sur le hockey.

Hockey et foot : pas si différents

Au premier abord, la comparaison semble absurde : comme le résume bien l’image ci-dessous, l’état d’esprit est bien différent d’une discipline à l’autre.

Pourtant ils se rapprochent sur plusieurs points, tout en se distinguant du reste des autres sports collectifs.

Prenons par exemple l’élément le plus important à la fin d’une rencontre : le score final. Dans la plupart des disciplines, les nombres atteints sont très élevés (rugby, basket, volley, handball…). Il faut donc inscrire un grand nombre de points pour vaincre l’adversaire, ce qui limite les chances de « hold-up » (victoire inattendue contre un favori).

Au hockey comme au foot, les possibilités de marquer se font rares, et les attaques sont bien souvent vouées à l’échec. Il n’est pas rare de voir une équipe n’encaisser aucun but (le fameux « clean sheet » qui fait la fierté de tout gardien), et même une équipe plus faible sur le papier est capable de l'emporter, avec un peu de chance et une défense de fer.

Autre élément d’importance : en général, les sports ne font pas dans la nuance, une équipe gagne ou perd un match. En cas d’égalité à la fin du temps réglementaire, elles continuent à jouer jusqu’à ce que l’une l'emporte. Or, le football permet dans certaines compétitions (les championnats nationaux par exemple) de terminer une rencontre par un match nul : les 2 équipes se partagent alors 1 point chacune.

Le hockey ne va pas aussi loin, car les matchs finissent toujours par désigner un vainqueur. Cependant, l’équipe perdante qui obtient un match nul à la fin du temps réglementaire et ne s’incline que lors des prolongations se voit attribuer 1 point, contre 2 à l’équipe victorieuse.

Le hockey sur glace, une aubaine pour les parieurs

Ces spécificités (scores serrés, possibilité d’égalité) rendent ces 2 disciplines particulièrement adaptées au marché des paris sportifs, qui n’aime rien tant que les retournements de situations et les incertitudes jusqu’au coup de sifflet final. Le hockey sur glace bénéficie même de cotes plus intéressantes encore que le football, notamment en raison d’une plus grande homogénéité entre les différentes équipes.

Pour s’en rendre compte, voici le classement des 3 meilleures franchises de chacune des 4 divisions de la Ligue Nationale de Hockey américaine (la fameuse NHL), pour la saison 2014-2015 :

meilleures equipes nhl

PJ : parties jouées, V : victoires, D : défaites, DP : défaites en prolongation, BP : buts marqués, BC : buts encaissés, Pts : nombre de points

Les meilleurs équipes dépassent donc difficilement les 60% de victoires. Dans le foot européen, les taux des meilleures équipes approchent 80% en Espagne et Allemagne, 70% en Italie en en Angleterre. Le Paris Saint-Germain est le seul à afficher un pourcentage comparable à la NHL, en partie à cause d’un grand nombre de matchs nuls (en revanche, il n’a connu que 3 défaites en 34 matchs, soit moins de 10%, tandis que les Rangers ou les Canadiens en concèdent tout de même 27%).

Il n’est donc pas rare de voir une victoire du PSG, du Barça ou du Bayern cotée à 1,20 ou 1,30. En revanche,  un succès des Ducks d’Anaheim ou des Blues de Saint-Louis vous rapportera toujours au moins 1,60 fois votre mise.

Malgré des cotes pourtant plus alléchantes, les paris sur le hockey se font rares. Voici les chiffres de l’ARJEL concernant la part relative des principaux sports en fonction des mises en 2013 et 2014 :

chiffres ARJEL
Le ballon rond se taille évidemment la part du lion. Sa domination s’est vue renforcée en 2014 grâce au succès de la Coupe du Monde au Brésil.

Le hockey, lui, stagne autour des 2%. Principale raison de ce faible chiffre : le manque de visibilité de ce sport pour le grand public.

Pour les parieurs, ce défaut peut devenir une chance. La plus petite information concernant le foot est analysée, décortiquée et engendre une modification des cotes chez les bookmakers : il est donc difficile de réaliser des value bets (pari dont la probabilité de succès dépasse sa rentabilité).

En revanche, les vrais connaisseurs du hockey peuvent prendre en compte des facteurs ignorés par les sites de paris sportifs et ainsi réaliser des bonnes opérations financières.

Difficile cependant de trouver des bons sites français dans ce domaine, à l’exception du site officiel de la NHL, intégralement traduit en français depuis 2011, et qui contient tous les calendriers et statistiques nécessaires pour savoir comment bien parier et effectuer ses pronostics.

Enfin, s’il fallait un dernier argument pour vous inciter à se tourner vers ce noble sport : miser sur le PSG ou l’OM, c’est commun et pour tout dire un peu vulgaire… En revanche, parier discrètement sur la NHL, c’est beaucoup plus classe.

Où parier ?

PMU est l’un des sites les plus complets, proposant de parier sur plusieurs championnats européens (dont la Ligue Magnus) ainsi que sur les compétitions internationales, notamment les championnats du monde et la Stanley Cup (phases finales aux Etats-Unis, disputées entre avril et juin).

(Précision : si les cotes affichées ci-dessous paraissent plus faibles que celles des autres bookmakers, c’est parce que PMU donne à choisir par défaut le vainqueur à l’issue de la rencontre et non pas à la fin du temps réglementaire : la possibilité d’une égalité n’est donc pas présente et réduit drastiquement les cotes).

hockey PMU
 

Betclic est également très complet sur le sujet, et propose de parier sur le hockey suisse et suédois en supplément des autres compétitions. De plus, on peut notamment effectuer des paris avec handicap, ce que ne proposent pas les autres sites.

hockey Betclic
 

Bwin, connu pour être particulièrement bien placé sur les sports américains, ne trahit pas sa réputation : très complet sur la NHL, il est en revanche bien plus discret sur les compétitions européennes. Attention toutefois, si les possibilités de mises sont multiples, elles restent pauvres en diversité (par exemple : nombre de buts marqués au total, pendant la 1ère période, pendant la 2ème…).

hockey Bwin
 

Unibet et ParionsWeb offrent la même gamme de paris que Bwin, avec cependant une interface moins pratique.

hockey Unibet
 

hockey ParionsWeb
Aucun site ne tire son épingle du jeu : si vous êtes déjà inscrit sur l’un d’entre eux, il fera parfaitement l’affaire.

Cet article vous a-t-il été utile ?Oui   Non