Hasard ou adresse ? On reconnaît de plus en plus que la part de chance dans le poker est « inversement proportionnelle » au niveau des joueurs. Ainsi, un joueur novice semblera davantage exposé aux aléas des cartes qu’un joueur expérimenté. Mais qu’en est-il réellement ? Peut-on considérer le poker comme un jeu d’adresse, où la stratégie est centrale ou bien comme un jeu de hasard, où l’aléa domine ? Autrement dit, peut-on vaincre contre la chance ?

 

Le poker, un jeu de hasard

Le jeu du hasard

La part de chance dans le poker peut paraître importante. En effet, lorsque vous vous asseyez à une table, vous ne pouvez maîtriser plusieurs éléments :

  • Le talent des autres joueurs
  • Leur façon de jouer
  • Votre main
  • Les cartes communes

Telle la facticité sartrienne, l’on ne peut ni expliquer, ni choisir, ni contrôler ces aléas.

La maîtrise des règles

Pour faire la différence lors d’une partie, cela peut sembler évident pour certains, mais il est nécessaire de connaître précisément les règles de ce jeu.

Ainsi, il vous faut par exemple comprendre parfaitement l’importance du placement des joueurs sur la table, le classement des mains, les différentes variantes Omaha, Texas Holdem etc… De même, les actions effectuées par les joueurs : ils sont totalement libres de relancer, de suivre ou de se coucher.

La définition officielle

Actuellement, le législateur définit ainsi un jeu de hasard « [il est] un jeu payant où le hasard prédomine sur l’habileté et les combinaisons de l’intelligence pour l’obtention du gain« . Mais après une décision de la Chambre des appels correctionnels de Toulouse, la polémique enfle (lire ici l’article de La Dépêche à ce sujet). En effet les juges ont soutenu que l’adresse est prédominante dans la pratique par rapport au hasard. Et que la notion de chance est déterminante pour un débutant tandis que pour un joueur averti elle n’est plus décisive.

On voit ici le glissement de sens et de statut qui se profile pour le poker. Va-t-il à terme être considéré comme un jeu d’adresse et non plus de hasard ? Cela nous apporte un début de réponse : le poker n’implique la seule contingence des cartes. On peut donc mettre en place une stratégie pour y jouer.

Quelle place pour la stratégie ?

La psychologie

Comme nous l’avons vu plus haut, il existe une véritable stratégie dans le poker et la place laissée à la chance peut être réduite comme peau de chagrin. Où réside alors l’adresse ? Comment font les pros pour maîtriser leur tirage ?

Apprendre à repérer les habitudes des joueurs, leurs tics, savoir s’ils jouent plus aisément large ou serré sont autant de paramètres qui vous permettent d’améliorer sensiblement votre façon de jouer.

Avoir une bonne lecture de ses adversaires est essentielle : avez-vous en face de vous un joueur agressif qui relance beaucoup de mains ou au contraire est-il prudent et ne relance-t-il quasiment rien ? Contrairement au point précédent, ici, on peut le deviner même en ligne, surtout sur les tables à fort buy-in ou sur de hautes limites. Cela dépend cependant du site : sur un spécialiste comme Winamax, il y aura des joueurs de tous niveaux, mais ils viendront au moins pour le poker. Sur un bookmaker proposant aussi le jeu de cartes comme PMU ou les gros anglo-saxons comme William Hill, en revanche, difficile de faire la part belle à la psychologie. En effet, les joueurs sont d’abord des parieurs sportifs, et en conséquent, le poker est pour eux un défouloir dénué de sens…

Les mathématiques

L’utilisation des cotes au poker marque bien le contrôle qu’un joueur peut avoir sur ses cartes. En calculant les chances que vous avez avec votre tirage, vous remarquerez que certains schémas sont redondants et qu’il est donc possible d’anticiper l’issue d’une main.

Il existe donc bien une stratégie au poker : c’est la raison pour laquelle on retrouve des champions qui parviennent à sortir du lot. S’il ne s’agissait que de chance, on pourrait imaginer qu’ils ont une veine extraordinaire ou alors qu’ils trichent effrontément. Comme il ne s’agit ni de l’un ni de l’autre, nous devons déduire que la place de la chance reste minime.

Alors hasard ou adresse, il va falloir trancher car si le célèbre jeu de bluff est officiellement reconnu comme un jeu d’adresse, il faudra modifier en conséquence le régime d’imposition en vigueur.

Cet article vous a-t-il été utile ?Oui   Non